Publié le Samedi 21 Mai 2011 à

Régions > Tournai > Actualité

Wallonie picarde: querelles intestines dans les CPAS

albert desauvage

Tournai où la désignation d’un nouveau secrétaire suscite la polémique, Pecq où l’ambiance au sein de la majorité pénalise la gestion, Antoing où deux conseillers de l’action sociale ont déjà été séquestrés: la vie n’est pas de tout repos dans les CPAS...

Toutes les communes ne sont heureusement pas concernées par des affaires internes, mais force est de constater que l’ambiance dans les CPAS n’est pas toujours rose. Désignation de personnel, nomination de fonctionnaires, élection de conseillers de l’action sociale, suspicion d’examens dirigés…, ça remue pas mal en coulisses.

À Tournai, où la désignation du futur secrétaire suscite des remous, une plainte a déjà été déposée au tribunal du travail par une employée licenciée qui considère que l’examen auquel elle a participé a été manipulé. Ce qui n’a pas été prouvé. Il faut cependant dire qu’une des candidates avait sa mère comme surveillante! Une maladresse même si ce n’est pas illégal. Les résultats ont d’ailleurs été entérinés par la tutelle. Mais dans un tel dossier, comme dans celui du secrétaire, on ne peut s’empêcher de penser que les affinités jouent un rôle même si, disons-le aussi, elles ne sont pas gage d’incompétence dans le chef des personnes concernées par les postes. “ Dommage, car les CPAS sont confrontés à des difficultés sans cesse croissantes. Les demandes d’aide en raison de la crise sont de plus en plus importantes. De plus, depuis plusieurs années, le Fédéral en demande toujours plus aux CPAS, il se décharge sur eux. Les CPAS doivent aussi faire face à la mise en conformité de leurs maisons de retraite; toutes les communes sont concernées par cette problématique ”, relève un secrétaire communal qui souhaite rester discret.

Aides, mise en conformité…, tout cela exige une autre façon de fonctionner mais aussi de gérer les deniers publics. Il faut donc pouvoir se concentrer exclusivement sur son travail. Ce qui n’est pas possible partout. Entre querelles et manœuvres politiques, la vie au sein de certains de nos CPAS n’est pas un long fleuve tranquille. Et dans ce cadre, l’exemple le plus frappant est celui de la commune de Pecq où, depuis le début de la législature, l’impossibilité pour les acteurs politiques de se mettre d’accord pénalise le centre d’action sociale et ralentit la mise en œuvre de projets, la désignation de personnel... “ Des situations qui agacent le personnel, qui le démotivent ”, ce qui, dans le cas de Pecq, l’a ainsi conduit à plusieurs reprises à manifester sa désapprobation. Pourtant, la responsabilité d’une ou d’un président est importante. Surtout en ces temps difficiles et sachant qu’un président, comme un échevin ou maïeur, touche un salaire important.

Lisez toutes les “ affaires ” qui touchent nos CPAS dans Nord Eclair Tournai de ce dimanche.

Faites de nordeclair.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent