Publié le Mardi 28 Juin 2011 à

Régions > Tournai > Actualité

Appel Ghislenghien: la lecture de l'arrêt a commencé

Rédaction en ligne

La lecture de l’arrêt dans le procès en appel de la catastrophe de Ghislenghien a commencé mardi vers 07h40 devant la cour d’appel de Mons. La cour a rejeté la demande de récusation de l’expert Willy Chapeau, plaidée par les parties civiles.

La salle des audiences solennelle de la cour d’appel de Mons était loin d’être bondée à l’entame de la lecture, mais les parties civiles arrivaient encore au compte-gouttes après une vingtaine de minutes de lecture. Un écran géant a été installé dans la salle des pas perdus des cours de justice pour retransmettre le procès.

Le président et ses deux conseillers sont munis d’un classeur assez volumineux contenant l’arrêt. La lecture devrait durer toute la journée et se terminer “tard dans la soirée” selon les informations fournies la semaine dernière par le Premier président de la cour d’appel de Mons.

La cour a d’ores et déjà estimé qu’il n’était pas opportun de récuser l’expert Willy Chapeau, mandaté dès le jour de l’explosion par le juge d’instruction de Tournai pour déterminer les causes de l’accident. “Sa probité ne peut être remise en cause en l’espèce”, a commenté Jean-François Jonckheere, le président de la cour d’appel.

Les parties civiles avaient demandé la récusation de Willy Chapeau après avoir découvert qu’il avait officié comme expert pour la société Fluxys, gestionnaire du réseau gazier et prévenue dans le dossier Ghislenghien.

Quatorze personnes, physiques et morales, comparaissent devant la cour d’appel de Mons pour homicides et coups et blessures par défaut de prévoyance ou de précaution. L’explosion d’une conduite de gaz à haute pression le 30 juillet 2004 sur le chantier de construction de la nouvelle usine de Diamant Boart (aujourd’hui Husqvarna Belgium) avait fait 24 morts et 132 blessés.

Faites de nordeclair.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent