Publié le Vendredi 8 Septembre 2017 à

Régions > Verviers

Le personnel du Tec Liège-Verviers veut plus de dialogue avant une éventuelle sanction

Belga

La direction du Tec Liège-Verviers et les syndicats se sont rencontrés en urgence vendredi après-midi après l’arrêt de travail survenu la veille sur le coup de 18h à Verviers, à la suite du rappel à l’ordre d’un chauffeur à qui la direction reprochait une série d’accidents survenus sur un laps de temps assez court. Les syndicats demandent une approche plus analytique des causes des accidents, plus en rapport avec la mobilité d’aujourd’hui.


La direction du Tec Liège-Verviers et les syndicats se sont rencontrés ce vendredi (photo d’illustration)

© Christophe Licoppe/Photo News

La direction du Tec Liège-Verviers et les syndicats se sont rencontrés ce vendredi (photo d’illustration)

Les discussions se sont déroulées dans un climat serein et les représentants du personnel ont déposé un cahier de revendications relatif aux conditions de circulation et au bien-être au travail, valable pour l’ensemble du personnel et pas uniquement celui de Verviers.

« Ce rappel à l’ordre est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Les chauffeurs sont sous pression pour respecter leurs horaires dans des villes où les travaux sont sans cesse plus nombreux, les obstacles toujours plus importants. Les réalités sont bien différentes d’il y a quelques années », explique Dona Balbo, secrétaire régionale CGSP.

Les syndicats plaident donc pour une plus grande souplesse par rapport aux sanctions infligées aux chauffeurs. Ils demandent une analyse plus poussée des causes de ces accidents et l’ouverture d’un dialogue avant de prononcer d’éventuelles sanctions.

Direction et syndicats se retrouveront le 11 septembre pour poursuivre les discussions.

Faites de nordeclair.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent