Publié le Mardi 11 Juin 2013 à

Régions > Mouscron > Actualité

Mouscron: Vos eaux usées produisent de l'électricité pour la station d'épuration d'Ipalle

Daniel Foucart

La station d’épuration de Mouscron fonctionne pratiquement en autonomie énergétique grâce à deux systèmes de cogénération qui produisent de l’électricité. Tout d’abord la biométhanisation : la production de biogaz à partir du traitement des boues qui proviennent des eaux usées des industriels et des habitants de Mouscron. Ensuite la turbo-détente : la détente de gaz qui provient de la canalisation Fluxys qui jouxte l’installation d’Ipalle.


La station d’épuration d’Ipalle à Mouscron fonctionne avec deux systèmes de congénération.

D.R.

La station d’épuration d’Ipalle à Mouscron fonctionne avec deux systèmes de congénération.

Ipalle s’était déjà essayée à la technique de biométhanisation : en 1985, tout d’abord, avec la construction d’un « digesteur » de déchets ménagers à Thumaide, mais qui a été démonté deux ans plus tard sans avoir fonctionné. Il y a eu ensuite en 1991 « le digesteur » près de la station d’épuration d’Ath, mais il a été démantelé 15 ans plus tard faute de rentabilité suffisante.

Alors pourquoi avoir changé d’avis pour le site mouscronnois installé au cœur de la zone industrielle ? « La grande différence est que la station d’épuration de Mouscron est nettement plus grande : 200.000 équivalents habitants (contre 18.000 à Ath) », explique Gonzague Delbar, directeur de l’Intercommunale. «  Ce qui n’était plus rentable à Ath l’est à Mouscron, a révélé notre étude préalable  ». Les boues de la Petite Espierres dans laquelle se déversent les eaux usées sont aussi plus riches énergétiquement en raison de nombreuses industries agroalimentaires de la zone d’activités économiques que traverse le rieu. Enfin, la valorisation des boues est plus efficace que celle des déchets ménagers, qui prévaut à Havré. L’actuel président d’Ipalle Paul-Olivier Delannois n’hésite pas à parler de « biométhanisation intelligente ».

En moyenne, 42 % des boues sont ainsi valorisées par le digesteur, ce qui constitue un taux d’abattement appréciable. Cela se traduit par de la production d’électricité, via le système de cogénération (voir ci-contre), mais aussi par une diminution du tonnage de boues résiduelles envoyées à l’incinération : 203 camions en 2013, année de la mise en service, contre 132 en 2012. Un gain énergétique mais aussi un gain écologique. Au terme de l’année, la cogénération devrait couvrir 17 % des besoins en électricité de la station. L’énergie thermique permet, elle, le chauffage du digesteur, qui doit être maintenu à 35 degrés, ce qui le rend auto-suffisant. La chaleur produite servira aussi au chauffage des locaux et des eaux sanitaires.

Autre source d’énergie électrique : une station de turbo-détente de gaz, « l’une des premières mises en œuvre de ce type en Europe », assure Ipalle. L’intercommunale a en fait tiré profit de la présence d’un poste du distributeur Fluxys juste à côté de la station d’épuration de la rue de la Bassée. Le principe ? La récupération de « la détente » du gaz. Pour être transporté d’un point à un autre à travers les canalisations au départ de Zeebrugge, le gaz naturel est mis sous pression. Avant de l’envoyer dans le réseau de distribution et par conséquent vers les consommateurs, il a besoin d’être « détendu ».

Le processus de détente se fait à travers une vanne spécifique qui traditionnellement ne récupère pas d’énergie. Mais à Mouscron, sur la suggestion de la société d’études TPF-utilities, Ipalle a décidé de « détendre » le gaz dans une turbine accouplée à une génératrice qui permet de récupérer l’énergie sous forme électrique. L’énergie autrefois perdue – ou « envoyée vers les petits oiseaux », selon l’expression imagée du directeur général Gonzague Delbar – est maintenant valorisée pour alimenter en électricité la station d’épuration. En 2012, le système de « turbo-détente » a permis de produire environ 3,7 millions kWh, soit 87 % de la consommation électrique. Lorsqu’on y ajoute les 17 % issus du centre de traitement de biométhanisation, cela rend la station d’épuration quasiment autonome sur le plan énergétique : il faut cependant encore aller de temps en temps puiser de l’électricité sur le réseau lorsque le rendement du « digesteur » de boues est plus faible, a expliqué un ingénieur. Le système permet à Ipalle de bénéficier de certificats verts.

Faites de nordeclair.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Le Numérique de Sudpresse

Numérique de Sudpresse
Jobs Régions Hainaut

Les décès dans l'actualité

Ken Weatherwax

Ken Weatherwax

Décès :
07/12/2014

Age :
59 ans

Fabiola de Mora y Aragón

Fabiola de Mora y Aragón

Décès :
05/12/2014

Age :
86 ans

Les anniversaires de leur départ

Gerd Deutschmann

Il y a 3 ans

Brittany Murphy

Il y a 5 ans

Georges Jobé

Il y a 2 ans

Dans votre région

  • 87 ans, de Herseaux, le 19/12/2014
  • 82 ans, de Espierres, le 19/12/2014
  • 89 ans, de Quevaucamps, le 19/12/2014
Toutes les annonces sur www.enmemoire.be