Publié le Vendredi 4 Octobre 2013 à

Régions > Mouscron > Actualité

Mouscron: le mur du Staquet a sauvé le propriétaire de la maison à moitié détruite par la grue

Y.C. et J.K.

Sans ce mur, la grue aurait continué sa course et écrasé le rez-de-chaussée où se trouvait l’occupant. La folle chute de la grue a été arrêtée grâce à un mur du centre culturel Marius Staquet. Elle a été découpée et évacuée durant la nuit pour être expertisée afin de déterminer les causes de cet accident. Les lieux ont été sécurisés ce jeudi.


Henri Vandenberghe, 89 ans, est un miraculé. Il doit sa vie à un mur du centre culturel Marius Staquet.

S.L.

Henri Vandenberghe, 89 ans, est un miraculé. Il doit sa vie à un mur du centre culturel Marius Staquet.

Au lendemain de cette improbable chute de grue, les experts sont descendus sur les lieux pour déterminer les circonstances de l’accident.

Pour rappel, une grue de chantier, qui mesure 35 mètres de haut et possède un bras de 45 mètres de long, est tombée sur une maison de la rue Sainte-Germaine, mercredi peu avant 15h20. On l’a dit, l’habitant, Henri Vandenberghe, 89 ans, est un miraculé. D’ailleurs, il doit sa vie à un mur du centre culturel Marius Staquet (notre photo) qui a arrêté la folle chute de cette grue. «  Sans ce mur, il y a 99 % de chance que la grue aurait écrasé totalement la maison  », nous expliquent plusieurs sources proches de l’enquête. Henri Vandenberghe, le propriétaire, qui a été relogé dans l’urgence au Home Vandevelde, était encore un peu secoué et on peut le comprendre. Et pourtant, il a mis un petit temps avant de se rendre compte qu’une grue de 30 mètres de haut lui était tombée sur la tête. «  Je regardais la télévision, j’ai entendu du bruit mais je ne me suis pas inquiété plus que ça. Ce n’est que lorsque j’ai vu de la fumée (poussière) dans ma maison que je me suis dit que quelque chose clochait  », explique-t-il. Toutefois, lorsqu’il est sorti dans la rue qu’il a vu qu’il l’avait échappé belle. «  J’en tremble encore car je me dis que j’ai eu de la chance  », souligne-t-il.

Mais comment une telle grue a-t-elle pu chuter ? L’enquête devra le déterminer. Ce qui est sûr, c’est qu’un organisme professionnel est venu inspecter la grue mardi, la veille de l’accident. Tout fonctionnait correctement. Une information confirmée par le Parquet de Tournai.

L’instabilité du sol a peu de chance d’être la cause de la chute. Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous, la base et une partie de la grue n’ont pas bougé. Cet aspect est vérifié tous les jours. «  Des boulons ont cédé  », explique une personne présente sur le chantier au moment de l’accident. Durant la nuit de mercredi à jeudi, la société Dufour est venue découper la grue afin de la démonter. Ils l’ont ensuite évacuée avec d’imposants camions. Les parties découpées ont été transférées dans un labo où des experts procéderont aux constatations afin d’essayer de déterminer les causes de cet accident. «  Un p.-v. a été rédigé et une enquête est menée par la division de sécurité du SPF  », a indiqué le Parquet de Tournai.

Faites de nordeclair.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent