Publié le Mardi 22 Octobre 2013 à

Régions > Tournai > Actualité

Frasnes: il cultivait 2.120 plants de cannabis

C.K.

Deux Néerlandais lui avaient demandé de cultiver des plants de cannabis dans sa maison et le Marocain s’est exécuté. Il est passé devant le tribunal correctionnel mardi et il risque trois ans de prison pour avoir cultivé 2.120 plants de cannabis, entre juin et octobre 2011.


Il risque trois ans de prison pour cette plantation hors normes.

Ph. prétexte Belga

Il risque trois ans de prison pour cette plantation hors normes.

Le 20 octobre dernier, Mansor El Jaouhari (40 ans) se retrouvait derrière les barreaux. Ce père de famille est resté quatre mois en détention préventive. Quelques heures plus tôt, la police avait découvert des plants de cannabis chez lui. Mille selon le parquet à l’époque. Mais il est aujourd’hui poursuivi pour avoir cultivé 2.120 plants de cannabis dans une grange bien isolée au milieu des collines. Il est aussi soupçonné d’avoir détourné de l’électricité.

Tenté par l’argent facile

«  C’était une grande erreur de la part. Avant cette affaire, le cannabis m’était totalement étranger. J’ai été influencé par ces gens qui m’ont proposé de l’argent facile  », raconte honteusement le Marocain qui n’avait jamais fait parler de lui avant cette affaire. Mansor, c’est plutôt le gars courageux qui n’hésite pas à mettre sa vie en danger pour monter des échafaudages. Quand il est arrivé en Belgique, il y a plus de dix ans, il a été embauché par une entreprise anversoise. Mais ce métier, qui lui rapportait pourtant 2.000 euros nets par mois, a commencé à faire souffrir son dos. Il a changé d’orientation en travaillant dans la menuiserie à Renaix mais son salaire ne suffisait plus car la belle maison qu’il avait achetée dans les collines devait subir de gros travaux.

Un Anversois l’a mis en contact avec deux Néerlandais, dont on ne connaîtra jamais la véritable identité d’ailleurs. Ils sont venus chez lui. «  Dis donc, elle est grande ta grange. Une plantation de cannabis pourrait te rapporter beaucoup d’argent. Ne t’inquiètes pas, c’est permis chez nous  », lui a dit l’un de ses compatriotes domiciliés en Hollande. Sauf que c’est encore un délit en Belgique.

Les Hollandais auraient injecté près de 30.000 euros dans l’aménagement de la grange. Un équipement dernier cri. «  Mon client n’a effectué que les travaux financés par les Néerlandais, lesquels venaient le voir tous les dix jours pour se rendre compte d’éventuels retours sur investissement  », raconte M e  Poncelet, avocat de la défense.

Un premier échec

Mansor n’aurait été que le gardien alors ? «  Il a quitté délibérément son travail pour se consacrer à cette culture. On ne rémunère pas un gardien ou un jardinier à 17.000 euros  », estime le procureur du Roi qui a requis une peine de trois ans de prison, tout en ne s’opposant pas à un sursis. «  De plus, il a persévéré car la première culture avait été un échec  ».

La défense a demandé la clémence du tribunal. «  Ce n’est qu’un pigeon tombé dans un monde qu’il ne connaît pas. il n’a rien retiré de cette culture  », estime l’avocat de la défense qui prétend aussi que ce n’est pas lui qui a détourné l’électricité destinée à alimenter les lampes chauffantes. Une somme de 15.000 euros aurait été détournée.

Honteux d’avoir été pris dans un tel piège, et surtout d’être le seul inquiété par cette histoire, Mansor désire repartir du bon pied. Il a quitté un emploi salarié pour reprendre une épicerie. Très motivé, il espère que le tribunal ne sera pas trop sévère avec lui.

Présumé innocent, il sera jugé le 19 novembre.

Faites de nordeclair.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent