Publié le Lundi 10 Février 2014 à

Régions > Mouscron > Actualité

Rekkem: un mois de travaux pour la démolition du poste frontière

Y.C.

Les travaux de démolition du poste frontière de Rekkem-Neuville, sur l’autoroute E17/A22, ont débuté ce lundi matin. Les travaux devraient durer un bon mois, jusqu’au 21 mars. Des déviations ont été mises place. Le coût de la démolition est estimé à 400.000 euros. Un bureau d’études se penche sur ce lieu de 15 hectares pour donner des idées pour le futur.

Un mois de travaux :

« La durée des travaux sera d’environ un mois », commente d’emblée Katrien Rosseel, attachée de presse de la ministre flamande des Travaux Publics et de la Mobilité, Hilde Crevits. Sur le chantier, des panneaux indiquent la date du 21 mars à 17h comme fin de chantier. Les ouvriers étaient à pied d’œuvre dès 5h du matin celundi. « Le coût de la démolition est de 400.000 euros », détaille notre interlocutrice. On ignore pour le moment, quand est prévu la démolition des bâtiments proprement dit. La ministre flamande se rendra sur le site ce mardi matin à 8h. On pourrait en savoir plus.

Des déviations :

Depuis ce lundi matin, il n’est plus possible de passer la frontière via la voie principale. Des déviations ont été mises en place. Que vous veniez de Belgique ou de France, vous devez emprunter la voirie qui longe le parking. Ce dernier reste toujours disponible durant les travaux. Les automobilistes contournent donc le poste frontière. La circulation est réduite à une seule bande dans les deux sens. Sachez que si vous souhaitez prendre l’autoroute à Neuville-en-Ferrain pour aller vers la Belgique, c’est désormais impossible, jusqu’au 31 mars. Une déviation, assez rapide, est tout de même mise en place en se dirigeant d’abord vers Tourcoing/Wattrelos et ensuite vers Courtrai/Gand. Par contre, il est toujours possible de monter sur l’autoroute, pour aller vers Lille, via le bout de la route Express (en allant vers Rekkem).

Pas de gros embarras :

Réduire la circulation à une seule bande et la limiter à 50 km/h, cela entraîne des ralentissements inévitablement. Mais pour le moment, le trafic reste relativement fluide. « Il n’y a pas de gros problèmes de circulation pour le moment », se félicite Katrien Rosseel. « Nous espérons que ça continuera comme ça. » Durant la journée, c’est assez fluide. Quelques ralentissements sont plus prononcés dans les heures de pointe. Ce poste frontière est un endroit de passage important pour les nombreux Français qui travaillent en Belgique et pour les Belges qui passent la frontière pour aller bosser dans l’Hexagone.

Et après ?

Que va devenir cet espace de 15 hectares après les travaux de démolition ? « Un bureau d’études s’est penché sur le sujet. Le site actuel n’était pas très beau. Il faudra le mettre en valeur. C’est trop tôt pour dire ce qu’on va faire. On devrait en savoir plus vers avril/mai. »

Faites de nordeclair.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent