Witsel s’offre une des plus belles maisons de la région liégeoise

Photos

Comme nous vous l’annoncions dans nos éditions de mercredi, le Diable Rouge Axel Witsel et son épouse Rafaella cherchent actuellement à vendre la superbe villa qu’ils possèdent, depuis 2015, à Tongres, dans le Limbourg, non loin de Liège dont est originaire le joueur. Le couple la met en vente au prix de 2,25 millions d’euros. Les raisons de cette vente sont-elles à trouver dans l’envie de la famille de s’exiler définitivement en Chine, là où elle est installée depuis début d’année, quand le joueur a signé, pour quatre ans, avec le club de Tianjin Quanjian ? Pas vraiment visiblement, puisque le couple a, depuis, jeté son dévolu sur une autre belle propriété installée en région liégeoise.

Annonce indisponible

D’après nos informations, durant l’été, Axel et Rafaella ont en effet craqué pour une autre splendide demeure, à Sprimont, dans le Condroz liégeois. Cette maison était, il y a encore quelques mois, la plus chère mise en vente sur le premier site de vente en Belgique, Immoweb. Prix demandé ? 2,5 millions d’euros. Bref, à peine plus que ce que Witsel espère récupérer en vendant sa maison de Tongres. Et puis, on imagine qu’avec son salaire en Chine (18 millions d’euros par an), le joueur n’a pas eu besoin de crédit-pont, ce crédit que font généralement des particuliers qui souhaitent acheter un bien mais qui n’ont pas encore vendu leur précédent. De plus, rien n’indique que le couple a payé le prix demandé pour acquérir sa nouvelle demeure. Chez ERA Realim, à Beaufays, l’agence qui a vendu la villa, on se tait dans toutes les langues. « Je ne peux rien dire », nous explique Frédéric de Bonhomme, un des fondateurs de l’agence, quand nous l’interrogeons sur cette vente. Sur Immoweb, l’annonce n’est désormais plus disponible, signe que le bien est « soit loué, soit vendu », précise le site.

La famille avant tout

Pour l’heure, le couple n’occupe pas encore la maison achetée au début des vacances. Peut-être a-t-il quelques travaux de peinture à y effectuer pour la mettre à ses goûts. Mais, une chose est sûre, il y aura la place pour accueillir la famille et les amis. Dans une interview donnée dernièrement au magazine Duse, Witsel expliquait à quel point sa famille est importante pour son équilibre. « J’ai besoin de ça. Etre au quotidien avec ta femme et tes enfants, c’est ce qu’il y a de plus beau, d’être tous réunis. Je ne serais pas venu (NDLR : en Chine) si elle (NDLR : sa femme) m’avait dit « La Chine, c’est loin, c’est compliqué » », notait le joueur. On le sait aussi très proche de ses parents. « Ma famille m’a appris mes valeurs. Je sais d’où je viens. Ma vie n’a pas changé même si je gagne mieux ma vie », ajoutait-il. On comprend donc plus aisément son besoin de disposer, à Liège, près des siens, d’un endroit pour se ressourcer quand il est de retour au pays.

Toutes les photos

La maison est superbe
La maison est superbe - Realim-Immoweb

L’ancienne maison de l’éditeur Pierre Mardaga

La maison est superbe
La maison est superbe - Realim-Immoweb

Présente depuis plusieurs mois sur le site de vente Immoweb, la magnifique demeure de Sprimont a donc trouvé son nouveau propriétaire. D’après les informations fournies par le site, la villa date de 1920. Il y a 585 mètres carrés de surface habitable et un terrain de plus de 90.000 mètres carrés. De quoi être à l’abri des regards… On y accède par une entrée en pierres, comme la maison. Il y a des dépendances ainsi qu’un immense jardin avec une belle terrasse qui donne sur un étang. Un peu à l’écart, une belle piscine. Le salon est très grand et jouxte une salle de séjour. Il y a six chambres, trois salles de bain et une belle cave à vin. Petit détour par les chambres pour constater qu’il y en a notamment une grande lumineuse avec vue sur le jardin et de la moquette au sol.

Le bon goût de l’éditeur

A l’étage, un gros lustre design est suspendu au-dessus de l’escalier qui est protégé par une rambarde en verre. Sur plusieurs fenêtres, on remarque la présence de petits carreaux de couleurs, un élément que l’on retrouve pas mal dans l’architecture des années ’70 et ’80, preuve que le bien a fait l’objet d’une rénovation. « Beaucoup d’architectes de l’époque se sont inspirés de l’école Vandenhove (du nom de l’architecte Charles Vandenhove qui a réalisé de nombreux projets en région liégeoise) », nous explique un architecte à propos de cette maison.

La maison est en fait l’ancienne demeure de l’éditeur liégeois Pierre Mardaga, spécialisé dans les livres d’art et d’architecture, décédé en 2006. C’est lui qui l’avait décorée avec goût. L’homme était d’ailleurs un passionné de buis et leur avait même consacré un espace, dans son jardin, dans le prolongement de la piscine. Peu de temps après sa mort, ses héritiers ont vendu le bien à un couple, propriétaire d’une entreprise de construction et d’immobilier qui a donc finalement choisi de s’en séparer, à son tour.

L.B.

Notre sélection vidéo
Aussi en PEOPLE