Meurtre à Leval: «Mon père n’était pas un homme violent»

C’est un véritable drame psychologique qu’est en train de vivre Stéphanie Tahon. En quelque sorte une double peine pour elle qui a perdu son papa dans des circonstances tragiques et qui, d’autre part, va devoir affronter tous les aléas d’une procédure judiciaire à l’encontre de sa belle-mère.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte -50%
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement au Nord Eclair ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct