De nouvelles graves accusations contre Patrick Bruel

De nouvelles graves accusations contre Patrick Bruel
Isopix

Rappelez-vous il y a deux semaines, on apprenait via nos confrères du Parisien qu’une enquête préliminaire avait été ouverte par le parquet d’Ajaccio, en Corse, à l’encontre du chanteur français Patrick Bruel. La star est soupçonnée d’« exhibition sexuelle » et de « harcèlement sexuel », à la suite de la plainte d’une jeune esthéticienne qui travaillait début août à l’hôtel Radisson de Porticcio, où le chanteur séjournait.

La jeune femme, qui a entre-temps quitté son emploi à l’hôtel, affirmait que, durant cette séance, Patrick Bruel lui aurait fait comprendre qu’il attendait une prestation à caractère sexuel, et que le chanteur avait refusé de porter un sous-vêtement jetable sur la table de massage, préférant rester nu.

Deux nouvelles accusatrices

Mais ce n’est pas tout. Ce lundi soir, le Parisien fait de nouvelles révélations, à charge, contre la star. En effet, « selon des sources concordantes », deux Françaises se sont manifestées ces derniers jours auprès de la justice pour apporter leur témoignage concernant le comportement du chanteur. Dans une lettre transmise au parquet d’Ajaccio, elles racontent avoir vécu des situations similaires que la première victime présumée.

L’une déclare qu’en septembre 2008, alors qu’elle officiait en tant que masseuse dans un hôtel de Cannes, le chanteur aurait déjà refusé d’enfiler un sous-vêtement jetable au cours d’une séance de Spa. « Nu, il aurait ensuite réclamé à la jeune femme une caresse sexuelle « avec les mains », soulignant qu’il obtenait régulièrement de telles faveurs dans les hôtels marocains » écrivent nos confrères. Elle n’aurait pas cédé à ses avances, ce qui n’aurait pas été au goût de la star, qui aurait insisté et lui aurait dit qu’il connaissait « très bien » son patron. S’en est suivi ce qu’elle décrit comme une « agression », Bruel aurait tenté de « passer ses bras autour de sa taille ». Choquée, elle n’aurait toutefois pas porté plainte de peur de perdre son emploi. Après sa lettre, elle a été auditionnée par la police.

Son sexe en érection sur l’employée

Une seconde accusatrice, ancienne masseuse elle aussi, vit aux Baléares. Elle dénonce des faits encore plus graves, qui ont eu lieu en 2011 dans un hôtel de luxe de Saint-Barthélemy. Une nouvelle fois, le chanteur aurait refusé de mettre une serviette et « aurait réclamé une fellation et collé son sexe en érection sur l’employée, tout en lui maintenant les mains », écrit le Parisien. Elle aussi aurait refusé les avances du chanteur.

Ces deux nouveaux témoignages, qui portent sur des faits anciens de huit et onze ans, pourraient être couverts par la prescription. Cependant, ils pourraient servir à la première enquête, vu les similitudes des faits.

Les avocats de Bruel ont indiqué ne « pas avoir eu connaissance du contenu de ces témoignages » et que leur « client n’a pas été interrogé sur ces allégations ». « En tout état de cause, ce qui est évoqué ne correspond absolument pas à la réalité, ni aux principes ni au comportement de notre client. L’enquête judiciaire permettra de le démontrer. »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Spa (prov. de Liège)
Notre sélection vidéo
Chargement
Tous

En direct

Le direct