Il y a davantage de dépôts sauvages en Wallonie picarde

Même les gants jetables sont jetés n’importe où...
Même les gants jetables sont jetés n’importe où... - DR

La veille de l’annonce de leur fermeture, les recyparcs ont vu leur fréquentation doubler. « Il devenait même difficile de faire respecter les mesures de distanciation sociale », fait remarquer Nathalie Remy, la responsable de la communication auprès d’Ipalle. Depuis que l’accès aux parcs à conteneurs est interdit, en raison des décisions gouvernementales, le nombre de contrôles a doublé auprès des bulles à verre, de l’entrée des recyparcs et des points d’apport volontaire. Résultat : peu de dépôts sauvages à leurs abords.

Une bonne nouvelle ? Non, car les gens vont plus loin pour se débarrasser leurs déchets, comme le constate l’échevine Laurence Barbaix à Tournai  : « on trouve énormément de dépôts sauvages  : beaucoup de tailles de haie, de tontes de pelouse, car les gens profitent du beau temps pour faire leur jardin mais aussi ils vident aussi leur maison avec de vieilles télés, des vieux vélos, etc qu’on retrouve aussi dans la nature. J’ai le sentiment qu’hélas la crise ne fait qu’augmenter le mauvais comportement des gens ». Laurence Barbaix a même vu que des citoyens s’étaient débarrassé de leurs gants bleus pour l’hygiène le long d’une avenue. Cela a aussi été le cas sur le parking de l’Intermarché de Celles, comme nous l’avons expliqué dans notre édition de lundi, photo à l’appui.

Compostez !

À Ath, le phénomène a été « plus contenu », selon l’expression de l’échevin de la propreté Christophe Degand  : « le jour de la fermeture des recyparcs, il y a eu un peu plus de déchets abandonnés que d’habitude comme si les gens avaient voulu manifester leur mécontentement, mais après, cela n’a pas donné plus de travail aux ouvriers communaux ». À Mouscron, les services communaux ramassent environ 2 m³ par jour de déchets jetés n’importe où. « C’est beaucoup plus que d’habitude », constate l’échevine de l’environnement Ann Cloet. « C’est souvent aux mêmes endroits ».

Du côté d’Ipalle, on comprend que les gens profitent du soleil pour faire leur jardin. « C’est le moment de faire du compostage », fait remarquer Nathalie Remy. Sur la page d’accueil de son site internet, l’intercommunale donne des conseils  : stocker les déchets spéciaux ménagers (peinture, diluants, etc) dans un endroit sec et aéré, éviter de se lancer dans des travaux qui vont générer une importante quantité de déchets, etc ».

Les collectes en porte-à-porte continuent, rappelons-le.

Enfin rappelons que les auteurs des dépôts sauvages s’exposent à des amendes salées (150 euros au moins avec le coût de leur enlèvement).

D.FCT

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DU TOURNAISIS