• Chants nazis chez Lequet: le patron risque un an de prison

    Le nom de Stockis (au-dessus) a disparu de la façade (en dessous).
    Le nom de Stockis (au-dessus) a disparu de la façade (en dessous). - Th. Van Ass et J. SUMKAY

    Les chants et les saluts nazis de dimanche midi au café Lequet, devant des clients médusés et choqués, n’en finissent plus d’affoler les réseaux sociaux et les médias.

    Le parquet de Liège a décidé de ne pas laisser passer ce type de comportement. Des p.-v. vont être rédigés et une information judiciaire sera ouverte une fois les p.-v. analysés.

    Marc De Bruyn, le charismatique patron de l’établissement après la retraite de Guillaume Stockis, est clairement dans le collimateur de la justice après ses saluts hitlériens sur fond de chants de la Wehrmacht pompés sur Youtube.

    Le Procureur du Roi de Liège, Philippe Dulieu, a demandé à la police de Liège de rédiger un p.-v. initial pour infraction à la loi Moureaux.

    « Lorsque j’aurai les p.-v., une information judiciaire sera ouverte », confirmait Philippe Dulieu.

    Il s’agira, pour le parquet, de vérifier que le comportement de Marc De Bruyn n’a pas enfreint la « loi Moureaux » qui réprime les actes inspirés par le racisme ou la xénophobie. Bref, ne pas laisser dire tout et n’importe quoi sous le couvert d’une certaine liberté de parole et d’agir. Surtout lorsqu’on reprend, en public, quelques-uns des principaux symboles du nazisme.

    Me Arnaud Jaminon, pénaliste au barreau de Liège, nous informe. « Cette infraction à la loi Moureaux a la même base légale que la calomnie et la diffamation. Elle peut engendrer une peine de prison allant d’un mois à un an de prison et une peine d’amende de 400 à 8.000 €. »

    Des clients choqués

    Ce sont des clients, choqués, qui ont dénoncé le comportement de Marc De Bruyn. « On vient de Mons et quand on vient à Liège, on a l’habitude d’aller manger chez Lequet, ça fait partie de la culture », expliquait Maxime, accompagné de son épouse, de ses parents et de ses deux filles. « Quand nous sommes rentrés, des chants nazis résonnaient. Le patron était alcoolisé, il tenait à peine debout et il accompagnait les chants par des saluts nazis. Je n’en croyais pas mes yeux. Il a même insulté sa clientèle : un client a été insulté de « sale nègre » et deux hommes qui mangeaient de « tarlouzes ». Le personnel était gêné et désemparé. Ils se sont excusés. Mes filles de 8 et 11 ans étaient en pleurs. On a mangé, on a payé et on est parti. C’est triste de voir cette bonne maison liégeoise terminer de la sorte. J’ai même envoyé un message à l’ancien patron, Guillaume Stockis, pour lui expliquer ce qu’était devenu son établissement. »

    Marc De Bruyn, lui, se défend d’avoir une quelconque sympathie pour les nazis. « On a fait les bièsses. On a exagéré, je regrette mais chacun a son humour. Je n’ai tout de même pas vendu du beurre aux Allemands. Le salut nazi ? J’aurai pu me gratter les cheveux, c’était le même geste… », justifiait-il, lundi soir, au journal télévisé de 19h30 de la Une.

    On verra si la justice est du même avis.

    Arnaud Bisschop

  • Coronavirus: le bilan atteint 2.000 morts en Chine

    Coronavirus: le bilan atteint 2.000 morts en Chine
    Isopix

    Le bilan de l’épidémie de nouveau coronavirus a atteint 2.000 morts en Chine, selon le décompte mardi des autorités sanitaires de la République populaires, citées par l’AFP.

  • Ligue des champions: Haaland met le PSG au pied du mur

    @Isopix
    @Isopix

    C’est souvent quand elles sont au pied du mur que l’on voit le visage des grandes équipes. En l’occurrence, pour le PSG, ce Mur était jaune, noir et… impressionnant, mardi soir lors de ce huitième de finale qui sentait la poudre entre une formation de Dortmund très entreprenante et une autre, Paris, qui semblait être habitée d’une peur au ventre assez compréhensible vu ses antécédents à ce stade de la Ligue des champions (trois éliminations de rang).

    Pour espérer enfin intégrer cette « cour des grands où il n’a pas encore son rond de serviette » pour reprendre la jolie expression utilisée par un journaliste de l’Equipe, le PSG se doit d’atteindre au minimum le dernier carré cette saison. Et répéter cet exploit… ou aller un jour au bout de son rêve et soulever la fameuse C1.

    Le PSG, qui alignait Thomas Meunier d’entrée de jeu sur le côté droit de la défense, est tombé sur un os. Un gros, même s’il a fini par s’en tirer à très bon compte avec une défaite honorable (2-1) qui lui laisse des perspectives pour le retour, prévu dans trois semaines au parc des Princes. Son hôte d’un soir, sans doute galvanisé par la perspective alléchante de jouer un tour pendable à ces Parisiens trop forts sur la scène nationale mais trop fébriles dès qu’ils s’exportent, les mit d’entrée de jeu sous pression. Avec ses deux Belges, Thorgan Hazard et Axel Witsel, mais aussi le phénomène Haaland (9 buts depuis son arrivée, soit 1 toutes les 39 minutes de jeu !) dans le onze de base, le Borussia a réussi la gageure de museler le trio offensif parisien composé de Neymar, Mbappé et Di Maria tout en régnant en maître au sein de l’entrejeu. Étincelant à la récupération, précis dans son jeu de passe pour assurer les transitions en compagnie d’Emre Can, Axel Witsel a également initié pas mal de reconversions avec une aisance et une précision… diabolique. Sur la gauche, Thorgan Hazard n’a pas seulement cherché à éviter les tacles de Meunier (qui a été averti en fin de match et manquera le match retour !), il a créé du mouvement, a libéré des espaces tout en adressant l’un ou l’autre centre qui aurait mérité meilleur sort avant de céder sa place sous les applaudissements, peu après l’heure de jeu. Pourtant si le marquoir affichait toujours 0-0 à la pause, c’était en partie en raison de la vigilance de Navas dans la cage parisienne mais aussi à certains choix délicats en zone de finition de Hakimi, Sancho ou Haaland, pour ne citer qu’eux.

    Après le repos, le PSG tarda à réagir mais parvint, l’espace de deux contres consécutifs réussis à l’heure de jeu, à alerter Bürki via des frappes puissantes de Mbappé, l’un des seuls, avec Verratti, à échapper au marasme ambiant du côté visiteur. Logiquement, Dortmund trouva toutefois l’ouverture sur un but de renard des surfaces signé par l’inévitable Haaland peu après l’heure de jeu (1-0). Littéralement au pied du mur pour entamer le second acte de ce premier duel au sommet, le PSG parvint miraculeusement à égaliser suite à un coup de génie -lisez d’accélérateur- de Mbappé, qui isola Neymar au petit rectangle (1-1). Intense, le soulagement parisien ne fut que de courte durée puisque malgré ses 19 ans, Haaland, servi par Reyna, un autre prodige de deux ans son cadet, envoya un missile qui ne laissa aucune chance à Navas tout en atténuant tout de même celles de qualification du PSG. Qui devra assurément montrer autre chose au retour. Le jeune prodige norvégien plantant ses dixième et onzième buts sous la vareuse jaune, son… dixième (déjà) en C1, lui permettant de revenir sur Robert Lewandowski (Bayern) en tête des meilleurs buteurs. « Je profite du moment, c’est magnifique », jugeait Haaland. « Je ne me prends pas la tête, je continue à travailler pour m’améliorer. Cette victoire, c’est bien, mais rien n’est fait. »

  • L’IRM place deux provinces wallonnes en alerte

    Prétexte
    Prétexte - Belga

    « En fin de nuit et demain à l’aube, quelques chutes de neige sont possibles sur le relief des provinces de Liège et du Luxembourg (au-dessus de 400 m), avec une accumulation temporaire de 1 à 3 cm », indique l’IRM, qui place deux provinces wallonnes en alerte jaune ce mercredi matin entre 6 heures et 9 heures : Liège et Luxembourg.

    >>> Les prévisions détaillées dans votre commune.

    Les prévisions météo détaillées

    Cette nuit

    Cette nuit, une perturbation active traversera notre pays depuis la côte, apportant pluies et averses. Un coup de tonnerre n’est pas exclu. Les précipitations pourront temporairement adopter un caractère hivernal sur les sommets de l’Ardenne en fin de nuit. Une petite couche de neige pourrait se former en Haute Ardenne. Minima entre 0 et 3 degrés en Haute Belgique jusqu’à 5 ou 6 degrés à la mer. Vent modéré à assez fort, à la mer parfois fort, de sud-ouest tournant vers l’ouest-nord-ouest après la perturbation. Des rafales de 70 km/h sont possibles au passage de la zone de précipitations.

    Mercredi

    Demain, la perturbation nous quittera par le sud-est. En Ardenne, quelques précipitations hivernales seront encore temporairement possibles en début de matinée. Le temps deviendra sec partout avec de larges éclaircies. Dans le courant de la journée des nuages reviendront ensuite par l’ouest, annonçant le front chaud de la nuit suivante. Maxima de 3 à 9 degrés. Vent modéré d’ouest-sud-ouest.

    La nuit de mercredi à jeudi, le temps deviendra très nuageux avec le passage d’une zone de faibles pluies d’ouest en est. Minima de 1 à 7 degrés atteints en début de nuit. Vent modéré de sud-ouest.

  • Un papa manageois de 35 ans retrouvé mort par balle dans le canal

    Le pont de la rue de Bois d’Haine, tout proche des lieux où le corps a été retrouvé.
    Le pont de la rue de Bois d’Haine, tout proche des lieux où le corps a été retrouvé. - D.C.

    Anneliese est anéantie. Ce lundi dans la journée, son monde s’est écroulé. Luis, son compagnon depuis neuf ans, venait d’être retrouvé mort enfermé et touché par balle dans le coffre d’une camionnette, dans le canal du Centre. Une situation qui, 24h après les faits, est toujours difficilement digérable et on le comprend. « Pour moi, c’est vraiment une incompréhension totale », a bien voulu témoigner la Manageoise. « À ma connaissance, il n’avait pas de problème particulier avec qui que ce soit. Et s’il en avait eu sans vouloir m’en parler, je suis certaine qu’il en aurait parlé à un proche ou à un de ses cousins. »

    Ce dimanche soir, Luis a quitté son domicile sans jamais plus donner signe de vie. « Il ne semblait pas particulièrement stressé ou tracassé par quoi que ce soit. Le soir même, j’ai tenté de le contacter à plusieurs reprises mais il ne me répondait pas. Le temps passant et son retour ne venant pas, mon inquiétude grandissait au fur et à mesure des heures qui passaient. Elle s’est un peu apaisée le matin lorsque j’ai contacté la police qui m’a signifié qu’aucun accident ne s’était produit durant la nuit dans la région. Malheureusement, quelques heures plus tard, on est venu m’annoncer la mauvaise nouvelle. »

    Un papa aimant

    Papa d’un adolescent de 14 ans, Luis laissera un souvenir impérissable auprès de tous ceux qui le côtoyaient. « Son travail l’amenait à se rendre régulièrement à l’étranger sur des chantiers. Ce qui rendait très chers les moments que nous pouvions partager ensemble en tant que couple vivant sous le même toit. Il y a quelques jours, alors qu’il revenait d’Espagne après deux mois d’absence, nous avions encore passé un excellent moment en famille et nous étions sur le point de signer pour acheter une nouvelle maison. Le fait qu’il voyageait beaucoup nous permettait d’oublier la routine et de profiter à fond des moments que nous passions en famille. Mais ce qui est certain, c’est qu’il était un compagnon dévoué, un papa aimant pour son fils et même un beau-papa formidable pour mes deux enfants qu’il considérait comme les siens. Ces derniers ont perdu il y a un mois à peine leur papa. Nous vivons donc une période très difficile. »

    Quant aux circonstances exactes qui ont amené à ce drame, elles restent très floues pour Anneliese. « Les policiers ne nous ont rien dit pour le moment. Tout ce que nous savons, c’est que Luis a été assassiné. Il n’y a pas d’autre mot. L’incompréhension est vraiment totale tant pour moi que pour toute la famille. Se trouvait-il au mauvais endroit au mauvais moment ? C’est la seule explication plausible que j’ai pu trouver à ce qui s’est passé. Je compte vraiment sur le fait que la police puisse faire la lumière sur cette affaire. Ce mardi soir aura lieu l’autopsie. On y verra peut-être un peu plus clair. »

    Ce mercredi, Anneliese va pouvoir se rendre une dernière fois au chevet de son compagnon afin de lui rendre hommage à Luis, cet homme qu’elle aimait et qui ne méritait certainement pas de connaître un tel sort.

    Thomas Donfut/B.Bt

  • Ozzy Osbourne annule toute sa tournée en Amérique du Nord

    Ozzy Osbourne annule toute sa tournée en Amérique du Nord
    Isopix

    « Je suis reconnaissant envers tout le monde d’avoir été si patients, j’ai eu une année merdique », note l’artiste de 71 ans. « Malheureusement, je ne pourrai pas me rendre en Suisse pour suivre mon traitement, qui durera de six à huit semaines, avant avril. (…) Je ne veux pas débuter une tournée pour ensuite annuler les représentations en dernière minute, ce qui ne serait pas juste envers mes fans. Je préfère que ceux-ci soient remboursés tout de suite et, lorsque j’effectuerai cette tournée nord-américaine, tous ceux qui auront acheté un ticket pour les dates annulées seront les premiers à pouvoir se procurer des tickets. »

    Cette tournée ainsi que d’autres représentations avaient déjà été reportées à cause d’une infection que le chanteur a subie après une opération de la main. En avril dernier, Ozzy Osbourne avait ensuite annulé tous ses concerts encore programmés en 2019 à la suite d’une mauvaise chute, survenue à son domicile de Los Angeles alors qu’il se remettait d’une pneumonie.

    Sa tournée 2020 en Amérique du Nord devait débuter à Atlanta le 27 mai et se terminer à Las Vegas le 31 juillet.

  • Deux personnes se jettent dans la Meuse pour sauver un individu

    Un geste courageux.
    Un geste courageux. - Capture d’écran vidéo Quatremille

    Très rapidement, un groupe de trois personnes aperçoit l’individu en train de se noyer. Dans un geste héroïque, deux d’entre eux décident de plonger dans l’eau pour tenter de lui sauver la vie. Il fallait intervenir très rapidement car à cette période de l’année, l’eau de la Meuse ne doit pas dépasser les dix degrés.

    Une fois dans l’eau, les deux « sauveteurs » du jour parviennent à ramener l’individu au bord de l’eau. Là, le troisième membre du groupe, resté sur la berge, hisse le corps sur le rivage. Les pompiers de Liège appelés sur place ont ensuite réanimé l’individu.

    À l’heure d’écrire ces lignes, sa vie n’était plus en danger. L’individu avait sauté délibérément dans l’eau, essayant ainsi de mettre fin à ses jours. D’après nos informations, il serait âgé d’une vingtaine d’années. Ses deux sauveteurs ont été transportés à l’hôpital pour hypothermie.

    Finalement, tout le monde s’en sort.

  • Ligue des champions: l’Atlético Madrid a retrouvé son âme

    Le but rapide de l’Espagnol suffit au bonheur des Madrilènes. @Reuters
    Le but rapide de l’Espagnol suffit au bonheur des Madrilènes. @Reuters

    L’Atlético de Simeone va au-delà de la confiance en soi. Quand l’équipe a même perdu cette vertu-là, plus qu’érodée par un seul succès sur les 6 dernières rencontres, elle a encore une autre ressource, ultime, extrême : la foi. Ce don de soi pour une force supérieure. Cet engagement sans condition. Un engagement autant moral que physique qui a souvent transcendé les Rojiblancos dans ces soirées a priori sans espoir, sans lumière.

    « El Cholo » avait mis ses joueurs au pied d’un mur tant de fois érigé pour protéger un avantage, parfois minime comme mardi soir mais suffisant, sur lequel le Barça (de Messi), le Bayern (de Guardiola) et Chelsea (de Mourinho), favoris de la veille, se sont cassé les dents ce dernier lustre. « Aujourd’hui ou jamais plus » a sans doute annoncé l’Homme en noir, le « 12e homme » comme l’a surnommé Klopp pour sa capacité à mobiliser les esprits, avant le coup d’envoi pour redresser cette flamme vacillante.

    Le Wanda Metropolitano, trop bourgeois, beaucoup moins prolétaire (moins Atlético par conséquent) que le feu Vicente Calderón, tout autant pointé du doigt pour cette période de moindre conjoncture que la démission obligée des disciples majeurs -Gabi, Diego Godín et Juanfran- du « cholismo », une religion justement plus encore qu’une philosophie, a soufflé d’emblée sur ce feu sacré.

    Avec le ballon (70 % de possession avant la pause), mais sans les espaces -il préfère de loin l’inverse-, Klopp a sorti son arme fétiche pour la seconde période, Origi -montée au jeu positive- pour exorciser le spectre d’une défaite serrée, mais à l’impact psychologique imprévisible avant les retrouvailles dans trois semaines. Car cet Atlético ressuscité comme par enchantement sait défendre, au contraire du Barça. +1 pour les Madrilènes ne vaut pas nécessairement moins qu’un +3 pour les Catalans… D’autant que Simeone, pour éloigner la pression grandissante -mais quasi inoffensive des Reds, Oblak désœuvré- a remis de l’huile de bras sur le brasero avec l’ex-Brésilien Diego Costa -trois mois sans jouer- pour le dernier quart d’heure. Pour calmer les ardeurs des champions d’Europe et, déjà, chauffer son totem pour Anfield.

    En fait, l’Atlético Madrid est monté sur le terrain pour jouer un match de Ligue des champions, Liverpool n’a pas compris qu’il n’était pas en Premier League, où il est occupé à accomplir un interminable tour d’honneur (25 succès, un partage). Et il n’a pas fallu trente ans à Saúl, véritable âme du cholismo, incarnation même de l’abnégation extrême, pour trouver son bonheur dans cette béatitude anglaise. Trois cents secondes lui ont suffi pour rappeler aux champions d’Europe que, sur le continent en tout cas, nulle équipe n’a envie de lui dresser une haie d’honneur (1/6 contre Naples).

    Au contraire, forts de leur avantage, et de leurs vertus retrouvées d’un coup après tant d’errances en Liga, c’est un mur que les Colchoneros ont commencé à dresser dans l’axe pour amener les Reds dans leurs cordes, sur les côtés pour les obliger à centrer et à se mesurer, de manière déséquilibrée, aux centimètres des défenseurs madrilènes. Encore faut-il pouvoir les utiliser ces centimètres car Virgil van Dijk les a maladroitement déployés pour servir Morata, heureusement (pour les Anglais), bloqué par l’amplitude d’Alisson, impeccable, comme toujours. Un des rares de son équipe d’ailleurs.

  • La liaison entre l’aéroport et l’E40 n’est plus à l’ordre du jour

    La liaison prévue au plan de secteur longerait la ligne TGV jusqu’à Crisnée.
    La liaison prévue au plan de secteur longerait la ligne TGV jusqu’à Crisnée. - S.P.

    « Avec l’arrivée d’Alibaba et d’autres opérateurs, le charroi devra immanquablement augmenter autour de l’aéroport et on sait que l’échangeur de Loncin est déjà aujourd’hui proche de la saturation », écrit-il.

    Traversée de villages

    Il craint dès lors que tous les camions qui veulent repartir vers Bruxelles ne passent plus par l’échangeur de Loncin et prennent les petites routes pour rejoindre directement la E40.

    « Il est donc impératif de trouver des solutions pour que ce charroi ne soit pas redirigé vers les communes voisines. On sait qu’elles subissent déjà certaines nuisances et l’on pense notamment à la Voie de Liège qui traverse de nombreux villages des entités de Waremme ou encore de Fexhe-le-Haut-Clocher. Dès lors, confirmez-vous que le plan de secteur prévoit toujours bien la création d’une route reliant directement l’aéroport à la E40 ? A-t-on une idée du budget ? Existe-t-il un planning pour sa mise en œuvre ? »

    Dans sa réponse, le ministre Henry a rappelé que : « Au niveau de l’échangeur de Loncin, un chantier est actuellement en cours et il dotera les deux sens de circulation d’une bande supplémentaire dans chaque sens. Ce qui, au terme des travaux, désengorgera l’échangeur. Il est donc prématuré de déjà considérer que ces aménagements seront insuffisants. »

    Un « Stop Routes »

    Le ministre Henry a confirmé qu’une zone de terrain était bien réservée au plan de secteur pour un projet de route et que cette extension du réseau routier est estimée à 27 millions, sans tenir compte des expropriations nécessaires. »

    Mais il s’empresse bien sûr d’ajouter que « cette route était prévue par le précédent gouvernement wallon mais que, depuis, le nouveau a revu son plan d’investissements et qu’aucun planning pour sa mise en œuvre n’est prévu. »

    La majorité PS-MR-Ecolo a en effet prévu un « Stop » à toute nouvelle route : « Il y a clairement une option de ne plus avoir d’extension de réseau routier, sauf exception. »

    Quant aux passages dans les villages, « il n’est pas encore établi. Et si tel est le cas, on pourrait étudier des mesures limitant ces trafics de fuites telles que des effets de portes, des limitations de tonnage, etc. »

    Dans sa réponse, Philippe Dodrimont a convenu qu’il fallait attendre ce qu’allait d’abord donner la nouvelle voie ajoutée à chaque bande de circulation dans l’échangeur de Loncin et qu’il était bien au courant de la nouvelle politique régionale. « Mais je retiens malgré tout deux mots :  sauf exception ».

    Si le projet existe donc bien, il n’est donc pas du tout à l’ordre du jour. À tout le moins pour les cinq années à venir.

    Luc Gochel

  • Un motard originaire de la région liégeoise se tue en France

    Le terrain où le drame s’est joué.
    Le terrain où le drame s’est joué. - FB

    Pour une raison que la gendarmerie française doit encore éclaircir, ce dernier a fait une lourde chute alors qu’il enchaînait les bosses. Le quinquagénaire se serait mal réceptionné en tombant, occasionnant son décès, sous les yeux médusés des témoins.

    Ce dernier a été constaté par les secours, appelés sur les lieux par un des nombreux témoins de la scène. L’équipe médicale n’a malheureusement rien pu faire pour réanimer le motard.

    La gendarmerie française a ouvert une enquête et la dépouille du pilote de motocross a été prise en charge par des pompes funèbres locales. Ce ne sont évidemment pas elles qui vont se charger des funérailles de la victime, mais une entreprise de pompes funèbres liégeoise qui ira récupérer le corps.

    Corps qui se trouve pour l’instant à l’Institut médico-légal de Reims, où le médecin légiste doit déterminer quelles sont les lésions qui ont entraîné la mort du Liégeois.

    Suite à ces faits, des mesures ont été prises par les gestionnaires du site : « Suite à l’accident dramatique survenu le samedi 15 février en soirée, et par respect pour le pilote et sa famille, le comité du MCCMA a décidé de suspendre l’ouverture du site. »

    C’est la 2e fois en l’espace de quelques mois qu’un Belge perd la vie sur ce terrain.

    A.MA et M.M